L’année 2017 se termine. Elle aura été marquée par le retour des affaires en Wallonie et à Bruxelles. Des affaires que le CDH pense avoir réglées en changeant de partenaire de majorité. Tout changer pour ne rien changer. A l’image du fédéral, où le seul ciment entre les différents partenaires a pour nom austérité, austérité, austérité.

En 2018, nous voterons pour les communales. En 2019, pour tous les autres niveaux de pouvoir. Faisons en sorte que ces échéances électorales qui s’annoncent puissent permettre la mise en place de véritables majorités de changement et d’espoir.

Durant cette année écoulée, nous avons accompli un énorme travail. Un travail de propositions, de vigilance (pensons aux commissions d’enquête Publifin, Samusocial et Kazakhgate pour ne citer qu’elles) et de construction, au travers des Ecolabs, d’alliances nouvelles avec les citoyens en premier lieu. Car nous sommes convaincus que c’est avec vous que nous changerons le monde et améliorerons notre société. Chaque jour, vous découvrirez une avancée verte obtenue durant cette année.

D’ores et déjà nous souhaitons de joyeuses fêtes et une bonne lecture !

1. Glyphosate: 2017, année de la mobilisation, 2018 année de l’interdiction?

Vous avez été des milliers à vous mobiliser contre le glyphosate, la substance active du Round up, l’herbicide le plus vendu au monde. Cette substance est notamment considérée comme probablement cancérigène. Malheureusement, l’Europe a cédé à la pression de Monsanto et accepté de renouveler son autorisation pendant 5 ans ! Un scandale autant sanitaire, environnemental que démocratique !

Mais nous n’avons pas baissé les bras pour autant. Nous maintenons la pression auprès des autorités belges avec notre pétition, qu’il n’est d’ailleurs pas trop tard pour signer. Et nous voulons saisir la Cour de Justice pour obliger l’Europe à revoir sa copie.

2017 a été l’année de la mobilisation. Et si on faisait de 2018 une année sans glyphosate tout court… et surtout pour une agriculture différente ?

2. 17 propositions citoyennes pour plus de démocratie

L’année 2017 a été émaillée de plusieurs scandales politiques qui ont démontré combien la confusion entre intérêts publics et privés, une trop grande concentration du pouvoir et la tentation d’enrichissement personnel restaient des talons d’achille dans notre système. Les réponses apportées par les partis traditionnels, qui ont construit le système que nous dénonçons et dont les citoyens ne veulent plus, restent malheureusement bien trop faibles.

De leur côté, les écologistes ont déposé 17 propositions pour assainir les pratiques politiques en Belgique et surtout pour reconstruire la démocratie, lui donner un nouveau souffle, plus participatif, plus citoyen. Autant de propositions que nous avons réfléchies directement avec vous lors de notre Ecolab démocratie,  car nous voulons mettre en pratique les valeurs de participation que nous portons avec conviction.

Hier, les partis traditionnels ont utilisé des termes que l’on croyait improbables venant d’eux, tels que “décumul intégral”, “plafonnement des revenus”, … Demain, nous l’espérons, nous obtiendrons le rapport de force suffisant pour imposer ces règles au-delà des seuls écologistes.

3. Un repas bio, local et une alternative végétarienne pour chaque enfant

L’alimentation est au croisement de questions liées à la santé, à l’environnement, à l’éthique, à l’économie, à la justice sociale mais aussi parfois à des choix philosophiques. Autant d’enjeux auxquels les autorités publiques ont le devoir d’apporter des réponses concrètes, inscrites dans une stratégie globale. Au cœur de cette stratégie, la question de l’alimentation de nos enfants au travers des cantines scolaires joue un rôle fondamental.

C’est pourquoi les écologistes ont déposé une résolution qui vise à inscrire la Fédération Wallonie-Bruxelles dans une transition écologique de l’alimentation, afin d’offrir à courte échéance dans l’ensemble des cantines scolaires des repas biologiques et abordables issus de circuits courts, ainsi qu’une alternative quotidienne végétarienne.

4. Investissons dans le climat, pas dans le pétrole

En novembre, les écologistes se sont rendus en nombre à Bonn, où se tenait la 23ème conférence internationale sur le réchauffement climatique. Et ils l’ont fait à vélo, en compagnie de citoyens mobilisés sur cette question.

Les années passent, mais les énergies fossiles restent pourtant sur-utilisées partout dans le monde.

Saviez-vous que la plupart des banques utilisent une partie de notre épargne pour soutenir les entreprise du secteur des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz). Comment ? En y réinvestissant notre argent dans l’achat d’actions, d’obligations et autres investissements. Nous pouvons pourtant agir en faisant pression sur nos banques pour qu’elles n’investissent plus dans les énergies fossiles et se tournent vers les énergies renouvelables. Partout dans le monde, les écologistes se mobilisent autour de cette question. Retrouvez notre campagne sur notre site web.

5. Allaiter où je veux, quand je veux !

Les femmes qui allaitent sont souvent embarrassées lorsqu’elles doivent nourrir leur enfant en public. Regards désapprobateurs, demandes de se couvrir, voire d’aller le faire ailleurs … Ecolo, et notre homologue flamand Groen, veulent mettre fin aux discriminations liées à l’allaitement et ont déposé une proposition de loi visant à protéger l’allaitement contre les comportements discriminatoires à l’égard des femmes qui allaitent.

6. Fiscalité : viser l’équité, pas la facilité

En Belgique, la fraude fiscale coûte en moyenne 2000 euros par an à chaque contribuable, sans compter les pratiques d’évasion fiscale. Alors que les classes moyennes et les plus précarisés sont les premières victimes des politiques d’austérité du Gouvernement Fédéral, alors que notre pays est en panne de projets innovants pour le faire basculer dans le siècle de la modernité écologique, ce manque à gagner se révèle d’autant plus injuste pour les gens et paralysant pour notre pays. Nous avons donc adressé une lettre ouverte à Charles Michel.

N’hésitez à continuer de la partager !

7. Faire basculer la Belgique dans la modernité écologiste

Ce n’est pas faire du “Belgian bashing” que de tirer le constat que notre pays est en panne. Panne de projets, panne de perspectives. Et que fait un pays lorsqu’il n’avance plus? Il en est réduit à compter les kilomètres de bouchons chaque matin sur les routes. Cinq cents, sept cents, mille kilomètres parfois! Il se recroqueville aussi sur son passé. Le plus bel exemple nous vient sans aucun doute des atermoiements sur la fermeture des centrales nucléaires. C’est dans ce contexte que les Verts ont pris l’initiative de rédiger le plan d’investissement BE.Invest, visant à remettre la Belgique sur les rails. Energie, mobilité, numérique, santé,… les enjeux ne manquent pas. Une attitude constructive qui a été remarquée, des propositions pertinentes qui ont été reconnues, et au final une invitation de la majorité à collaborer à l’élaboration d’un seul et même plan d’investissement. Une belle avancée, qui traduit également la volonté des Verts qui, depuis l’opposition, continuent  à faire avancer les idées et l’intérêt général, loin des petites stratégies politiciennes de certains partis.

8. We are all humans

Cette année, comme l’année dernière et celle d’avant aussi d’ailleurs, aura été abîmée par les propos inacceptables de son auteur, le Secrétaire d’Etat N-VA Theo Francken, à l’encontre des réfugiés, demandeurs d’asile et sans papiers. Des propos dont seul le Premier Ministre estime encore qu’il s’agit de maladresses de langage. Des propos que nous, les Verts, ne cesserons de condamner, quitte à ne pas plaire à tout le monde.

Retrouvez ce qu’en disent les principaux concernés et nos Coprésidents dans une vidéo poignante :

9. Les jeunes ont le droit d’essayer

Essayer, persévérer, changer de cap, se (re)lancer, oser,… Et au final le faire! Ils sont nombreux, les challenges qui attendent les jeunes au sortir des études. Avoir 20 ans, ça change toute une vie et ça n’arrive… qu’une fois. Alors ce virage, nous pensons qu’il faut pouvoir le négocier au mieux. Et pour ce faire, donnons aux jeunes le droit de pouvoir essayer. C’est ce que nous leur avons dit à l’occasion du 1er mai  (https://ecolo.be/les-jeunes-ont-le-droit-d-essayer/). C’est aussi ce qu’ils demandent au Ministre de l’Emploi wallon, le MR Pierre-Yves Jeholet, qui semble avoir une vision bien étriquée de notre jeunesse.

10. Les forêts wallonnes doivent rester patrimoine public

En catimini, le Ministre cdH André Collin a voulu, au début de l’année, faire passer un texte ouvrant grand les portes de la privatisation de nombreux hectares de forêt wallonne. Faut-il y voir de la part du cdH une certaine nostalgie pour les grandes propriétés domaniales d’antan? Toujours est-il que la menace était bien réelle. Grâce à la vigilance et à la pression des écologistes et des associations environnementales, ce mauvais projet semble actuellement suspendu. Mais restons vigilants !

Nos combats vous intéressent ?

Vous avez été des milliers à vous mobiliser tout au long de cette année. Merci pour votre engagement ! Et si vous n’avez pas encore fais le pas, c’est le moment de nous rejoindre. Il y a mille et une façons de s’engager chez Ecolo.

→ Découvrez comment

 

Share This