Le Sénat belge a été saisi, par courrier du 23 avril dernier de la Présidente du Conseil de l’Europe, d’un rapport particulièrement lourd à l’encontre du Sénateur Alain Destexhe, à propos de ses relations avec l’Azerbaidjan. Pour les écologistes, il en va tant de la réputation de l’institution sénatoriale que de l’État belge que de prendre la mesure de la gravité des fautes déontologiques commises par le député MR et de réagir sans ambiguïté à celles-ci.

« Si on lit le rapport du Conseil de l’Europe et si on le compare avec les règles de déontologie du Sénat qui, notamment, proscrivent tout conflit d’intérêt et réclament toute la transparence de chacun.e de ses membres, on ne peut qu’en conclure que M. Destexhe a commis des fautes politiques graves. Et dès lors que le Conseil de l’Europe n’est plus en état de le sanctionner autrement qu’en le privant d’y accéder, c’est à son assemblée d’origine, le Sénat belge, d’en assumer la responsabilité », estime la Sénatrice écologiste Cécile Thibaut.

Pour les écologistes, le fait que M. Destexhe ait remis des avis sur le fonctionnement de la démocratie et sur la régularité du processus électoral en Azerbaidjan alors qu’il était, par ailleurs, partie prenante d’une asbl financée par le même Etat et légalement située en son domicile, constitue un conflit d’intérêt évident. Et le fait qu’il ait tu cette appartenance est d’une très grande gravité et entache l’institution parlementaire.

« Nous ne pouvons d’aucune manière apparaître comme complice des agissements de M. Destexhe. C’est la raison pour laquelle je réclamerai, ce vendredi, à l’occasion de la réunion du Bureau du Sénat qu’il soit constaté qu’il a enfreint le Code de Déontologie des membres du Sénat. Notre assemblée doit se démarquer de ses agissements de la façon la plus explicite. J’espère sincèrement que nous serons suivis dans cette voie par les représentants des autres partis démocratiques. Indépendamment des procédures judiciaires en cours, un signal politique clair doit être donné à l’égard de tels agissements, qui déshonorent notre démocratie », conclut la Sénatrice Ecolo.

Commentaires

Commentaires

Share This