Quels sont pour vous les principaux objectifs qu’Ecolo doit se fixer ces prochaines années ? Comment Ecolo doit-il se situer face aux nouveaux mouvements et initiatives du type “Tout autre chose” etc. ?
Chloé Deltour et Christos Doulkeridis:


 se retrouver

 incarner l’espoir

 ouvrir le parti

 retrouver notre impertinence dans notre pertinence

 peser dans les débats et les décisions

ECOLO est née à l’initiative de femmes et d’hommes, souvent issus du milieu associatif (féministe, écologiste, pacifiste, syndical…), qui ont voulu porter sur le terrain politique cette intuition redoutable que nos modes de consommation et de production, que nos relations entre femmes et hommes, que nos échanges inégaux entre pays et continents ou entre concitoyens de même pays nous conduisaient dans une impasse inéluctable, nous, et encore davantage, les générations qui nous suivent. 
Nous nous sommes donc créés pour prolonger les combats citoyens dans les conseils communaux et provinciaux, les parlements régionaux, communautaires, nationaux et européen et leurs différents exécutifs en essayant de changer structurellement les règles, les lois, à tous les niveaux politiques.
Depuis lors, beaucoup de chemin a déjà été parcouru. Partout nous agissons avec des propositions et des actions qui mènent aussi sur des résultats concrets. débat énergétique, le droit de vote des immigrés, la régularisation des sans papiers, la lutte contre la corruption, la moralisation de la politique belge, la gouvernance économique et bancaire, l’égalité des femmes et des hommes notamment en matière de représentation politique, le refinancement de l’enseignement, le statut des artistes, l’inclusion des personnes handicapées, la lutte contre la dualisation de l’enseignement, l’entrée des thématiques environnementales dans le débat politique, la transition écologique de l’économie, la question du temps de travail, l’individualisation des droits sociaux et bien d’autres thèmes encore n’auraient pas été portés ou pas portés de la même façon sans notre présence.
Pour autant, nous passons régulièrement par de gros moments de doute liés à l’irrégularité de nos résultats électoraux mais aussi par le constat que nous continuons à échouer bien trop souvent à convaincre certains publics et à créer avec d’autres les rapports de force utiles à nos objectifs. 
Un de nos objectifs prioritaires est d’incarner auprès d’un plus grand nombre de citoyen-ne-s que nous sommes le relai politique par excellence d’une autre politique et d’une politique autrement. 
En ce qui concerne « une autre politique », la notre a été nourrie des combats menés par les associations qui nous ont accompagnés depuis la fin des années ’70. Mais à leurs côtés, de nouveaux acteurs sont apparus, avec leur énergie, leur créativité, leurs combats nouveaux, en portant aussi parfois de nouvelles expressions démocratiques qui redonnent sens à notre concept de « politique autrement ». Nous devons absolument tisser avec eux les liens qui doivent nous permettre, dans un cadre respectueux, de travailler dans une logique saine de partenariat.
Un autre objectif prioritaire est de rester le parti référent sur tous les enjeux écologiques au sens large.
A côté de cela, nous avons proposé dans notre candidature un certain nombre d’objectifs prioritaires qui doivent faire l’objet d’une hiérarchisation dans nos instances internes, comme cela est d’ailleurs proposé dans le rapport re-génération.
Pour rappel :

ECOLO doit être le parti:

 qui peut garantir la qualité de ce que l’on mange, de ce que l’on boit, de ce que l’on respire 

 qui défend une société du « mieux » à la place du « plus »

 qui fait avancer notre sobriété et notre autonomie énergétique

 qui défendra toujours que l’accès à un enseignement de qualité pour tous soit à la base de toute notre action politique

 qui re-légitime les services publics

 qui veut garantir à chaque citoyen-ne qu’il ou elle sera considéré-e dans son droit de vivre dans la dignité et d’accéder à l’émancipation et à l’autonomie

 qui agit à tous les niveaux pour davantage d’égalité entre tous les citoyens

 qui fait de l’égalité des femmes et des hommes un principe fondamental

 qui renforce la place de la culture et du monde associatif dans notre société

 qui replace l’économie au service de la société et non l’inverse et qui ose combattre sans complexe et sans naïveté les effets pervers du capitalisme et du néo-libéralisme

 qui continue à dynamiser les processus démocratiques qui permettent aux citoyens et aux citoyennes d’être et de se sentir acteurs de leur destin

 qui représente l’innovation, la créativité.

cop6.jpg

Comment voyez-vous la dynamique entre vous 2 au sein de votre équipe et peut-être future coprésidence ?   
Chloé Deltour et Christos Doulkeridis: La question de la parité est essentielle à nos yeux. Nous estimons donc que nous devons utiliser à 300% cette belle opportunité qu’offre le principe de la co-présidence de montrer qu’une présidence de parti est incarnée de façon totalement équilibrée par les deux genres.
Nous avons des expériences et des styles différents, pour autant, nous n’estimons pas devoir a priori faire une répartition fermée de l’exercice de la co-présidence. L’une et l’autre doivent aborder des enjeux internes ou externes, wallons ou bruxellois, fédéraux ou régionaux.

cop4.jpg

logocoprepetitcoul-4.jpg

Share This