Publifin

Rapport intermédiaire Publifin : le choix de l’assainissement des pratiques politiques

(C) Reporters

La Commission d’enquête Publifin vient de déposer son rapport intermédiaire. Même si elle poursuivra ses travaux dans les semaines à venir pour éclaircir certaines zones d’ombre qui subsistent, son rapport intermédiaire contient déjà un grand nombre de constats et de recommandations qui constituent à notre sens un fondement solide pour répondre à la gravité du scandale Publifin.

En savoir plus

URL de partage :

Par Patrick Dupriez, Zakia Khattabi
Publié le 11 mai 2017

+ -
Niveau 3

« Au vu du résultat que constitue ce rapport conjoint et du travail sérieux et sans concession dont il témoigne, nous ne pouvons que nous réjouir du forcing des écologistes pour faire toute la lumière sur ce scandale et obtenir une vraie commission d’enquête. Nous avons été les premiers à la demander et nous n’avons jamais transigé sur cette exigence, malgré les réticences initiales du PS et du cdH », commentent les coprésidents d’Ecolo Zakia Khattabi et Patrick Dupriez.

+ -
Niveau 4

Mettre au jour les pratiques inadmissibles, établir la vérité des faits, distinguer les responsabilités engagées dans l’affaire, aboutir à des recommandations ambitieuses et, plus largement, moderniser la gouvernance publique constituent une priorité politique pour les écologistes. Ecolo, à travers son chef de groupe Stéphane Hazée, s’est ainsi largement investi et a pesé de toute son énergie pour que ce rapport puisse aller le plus loin possible. Aujourd’hui, les Verts se réjouissent que ce document reprenne largement les analyses et propositions contenues dans sa contribution écrite. « Il restera évidemment une série d’autres combats à mener pour aller plus loin dans le rétablissement de la confiance dans la démocratie. Mais nous voulons aujourd’hui saluer le consensus fort auquel a pu aboutir la Commission dans le dossier Publifin, d’autant qu’elle a à présent établi clairement que le système de mandats quasi fictifs et de rémunérations disproportionnées a été mis en place par des représentants des trois partis traditionnels (PS, MR et cdH) », poursuivent les co-présidents d’Ecolo.

Aujourd’hui, la Wallonie fait le choix de l’assainissement des pratiques politiques . Mais encore faut-il que les mots se concrétisent en faits, car la restauration et le retour des vieilles pratiques ne sont jamais loin : « Vous pouvez compter sur la vigilance d’Ecolo et de ses parlementaires. Dans le dossier Publifin comme dans celui du Kazakhgate, et ce malgré les tentatives d’intimidation, nous avons la volonté d’aller jusqu’au bout et plus encore de nous assurer que les intentions soient suivies d’effets. Le passé récent nous a montré que même des textes qui sont votés par un Parlement pouvaient ensuite ne pas être appliqués. La plus grande vigilance reste donc de mise », concluent les Coprésidents d’Ecolo, qui disent espérer que « chacune des formations politiques engagées par ce rapport fera sa part de boulot, mettra en œuvre ces recommandations et fera cesser les doubles jeux ».

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Patrick Dupriez

Patrick Dupriez

Co-président d'ECOLO
Ingénieur agronome de formation, j’ai très jeune rejoint les rangs d’Ecolo.
En juin 2009, j’ai été élu député régional. Je me suis d’emblée passionné pour les questions liées à l’agriculture, la nature, les travaux publics, l’enfance, la santé et les relations internationales. En mars 2012 j’ai été désigné à la présidence du Parlement Wallon. Depuis mars 2015 je suis co-président d’Ecolo avec Zakia Khattabi.
En savoir plus
Zakia Khattabi

Zakia Khattabi

Co-présidente d'ECOLO
En savoir plus
Haut de page

Chargement